« back
Nokia-XL-Dual-SIM-2-630x315

MWC & Beyond avec Ulrich Rozier, CEO d’Humanoidfr

Nous avons rencontré Ulrich Rozier, le PDG de Humanoid afin de savoir ce qu’il a retenu de la GSMA Mobile World Conference de cette année ainsi que son point de vue sur les défis auxquels les réseaux de nouvelle génération (NGN) vont devoir faire face. Humanoid est un réseau de médias dédié aux nouvelles technologies en France (FrAndroid, LesArdoises, FraWin, etc) et aux services (appXoid, Mobs, Roxino, etc) qui génère plus de 65 millions de VU par an.

1 Quelles ont été vos plus grandes surprises cette année au Mobile World Congress ?

Nous nous attendions à beaucoup de choses pour cette édition. De mon côté, je pouvais à peine croire les avancées de Nokia avec sa stratégie « Nokia X ». La firme américaine révèle 3 smartphones d’entrée de gamme sous Android, avec tout un ensemble de services. Il n’est pas facile de convaincre le grand public, et plus particulièrement les amateurs de technologie, que Nokia utilise Android tout en restant Microsoft. L’image de marque, son design coloré et son positionnement de niveau de prix devrait aider, même si ses atouts techniques ne sont pas énormes.

L’autre surprise est aussi finnoise ! Sailfish, lancé par d’anciens ingénieurs de Nokia, a présenté son premier système d’exploitation et leur premier smartphone appelé Jolla. Basé sur MeeGo, il fournit une interface très rafraîchissante et innovante. L’écran d’accueil de Sailfish OS est une alternative potentiellement plus riche qu’iOS ou Android, avec un sens du détail qui procure un véritable plaisir visuel. Néanmoins, je ne suis pas sûr que cette technologie puisse devenir la norme dans le marché du système d’exploitation mobile. Il sera probablement racheté…

En savoir plus sur Sailfish et. al. ici:

c_FrAndroid-MWC-2014-DSC02213-630x354

Enfin, un constructeur russe a mis au point la Yotaphone. Un dispositif qui a deux écrans: un traditionnel IPS LCD à l’avant et un écran e-ink dans le dos. L’intégration fonctionne très bien.

IMG_5525

2- Les réseaux doivent s’adapter aux usages croissants et à un essor de nouveaux services. Les latences devraient être réduites, tout en restant résilients. Quels sont les plus grands défis pour vous ?

Nous devons repenser les infrastructures, c’est évident. Je discutais avec Qualcomm, ils ont des solutions, mais leur mise en œuvre est très coûteuse tandis que la rentabilité n’est pas toujours là. En France, avec Free, ce que les consommateurs doivent payer à vraiment été réduit; Bouygues Telecom et Free Mobile ont accéléré avec la 4G LTE, proposé aux Français, et rendu cette technologie accessible… Néanmoins, les infrastructures ont souffert de cette concurrence. Les infrastructures ont tendance à être de moins bonne qualité, les fournisseurs d’accès Internet et les entreprises de telecoms hésitant quand il s’agit d’investir dans du bon matériel et à la fin, l’utilisateur en souffre. La performance en 3G n’a jamais été aussi mauvaise, les antennes 3G sont saturées. Un grand nombre d’entreprises de telecoms lancent de nouvelles offres moins chères avec de nouvelles marques, mais ce que très peu de clients savent, c’est que ces offres sont loin d’être une priorité sur le réseau. Les performances sont alors très souvent loin de l’expérience des consommateurs «traditionnels».

Enfin, l’interconnexion des antennes à besoin d’être changée. Nous avons opté pour un réseau « longue distance » en France. Nous devrions investir dans un réseau à courte distance, même si nous augmentons la densité d’antennes. En Corée du Sud, ils peuvent fournir une couverture à l’intérieur, dans les centres commerciaux ou dans le métro.

3 Avez-vous déjà ressenti une sorte de frustration lors de l’utilisation d’applications ou de services ?

Vous avez raison, nous pouvons parler de pertes – des ressources, d’interfaces et d’efficacité ! Aujourd’hui, avec des capteurs sur nos appareils ou des services de capture de données, il est plus facile de créer une expérience utilisateur contextuelle. Suggérer de meilleures interfaces avec le bon contenu au bon moment signifiera que tous les constructeurs d’applications seront conscients du contexte. Moins ce sera visible, plus ce sera efficace.

IMG_5556

4 Qui devrions-nous suivre attentivement ?

J’aime vraiment les objets connectés. Cela va au-delà de ce que nous imaginions avec des échelles de salle de bains ou des rubans. L’« Internet des objets » est une véritable révolution. Je ne fais que suivre ce qui se passe dans la gestion des objets connectés comme sen.se. Je suis les applications d’entreprise: ce peut être des applications mobiles ou des ROM Android personnalisées. Android est très souvent au centre de ces défis car c’est une plate-forme très flexible. Je suis également ce qui se passe autour de iBeacon (Apple) sur la base de Bluetooth 4.0. Il peut générer des expériences très concrètes dans une grande diversité de domaines.

Laisser un commentaire